Catégories
Actualités WALOU

Les chercheurs du WALOU MediaSocialHub se font fait interpeller par la LEX dans le but de les élever… dans le bon sens du terme…

C’est BIEN quand la LEX s’intéresse à WALOU et qu’on peut parler de TOUT sans ENTRAVES… juste pour S’ELEVER…
les uns les autres… pour NOUS des ailes sans zèle…

Donc les chercheurs du WALOU MediaSocialHub ont reçu cette nouvelle forte intéressante du milieu de la LEX et du bon droit. En effet, nous avons réceptionné cette missive par l’entremise de Juriscom.net (est-ce vraiment net et honnête, l’avenir nous le dira mais l’expérience est là et ils sont dans le droit… du chemin normalement).
Juriscom.net est une revue électronique consacrée au droit des technologies de l’information et des communications.
Créée par Lionel Thoumyre, elle est aujourd’hui administrée par le laboratoire DANTE de l’université de Versailles-St. Quentin.
Sa directrice de la publication :
Valérie-Laure Benabou, Professeur des universités
Rédacteurs en chef :
– Ronan Hardouin, Docteur en droit privé
– Sylvain Steer, Doctorant, Université de Versailles-St. Quentin

Et après les présentations, la nouvelle tant attendue :

Allez ZOU

Découvrez
Les Hauts® Parleurs®
qui font de l’écho…

Articles / PLA / open source
Publié le 9 décembre 2004
Par Alain Damasio.

Les Hauts Parleurs est une nouvelle de fiction, la première du genre à être publiée sur Juriscom.net. L’extrapolation des règles de la propriété intellectuelle que l’auteur effectue est fascinante, voire effrayante. Traité avec une remarquable maîtrise des mots, de leur sens et du tempo, le sujet qu’aborde Alain Damasio rafraîchira les lecteurs habitués à parcourir les complexités de la matrice juridique des TIC.

Résumé

La Loi sur la Propriété du Lexique, ou loi Sharush, votée par l’OMC en 2002, a privatisé de fait le langage. Désormais, pour utiliser publiquement un mot, il faut verser les droits d’exploitation attenants aux multinationales de la culture qui ont racheté par pans entiers le vocabulaire. Dans ce monde riant, les Hauts Parleurs, groupe révolutionnaire, élaborent les nouveaux argots libres capables d’échapper à la taxation généralisée. En leur sein, un poète, Spassky, a décidé d’aller jusqu’au bout pour retrouver l’usage libre du mot « chat ».

Présentation de l’auteur

Alain Damasio est né en 1969 à Lyon. Il vit actuellement entre le Cap Corse, où il écrit, et Paris où il dirige un cabinet d’études qu’il a fondé. Fortement imprégnée de la philosophie de Nietzsche, de Foucault et surtout de Deleuze, sa production reflète son désir d’écrire peu et dense, en répondant au degré d’exigence stylistique et narratif qu’il s’est lui-même fixé. Outre trois nouvelles, on lui doit un roman d’anticipation politique, La Zone du Dehors, version moderne et percutante du Révolte sur la Lune de Heinlein. L’originalité de l’œuvre est indéniable, tant dans le traitement du thème que dans l’inventivité de l’écriture qui multiplie les points de vue, joue sur la structure du récit, la langue, voire la typographie. Une inventivité que l’on trouve amplifiée dans La Horde du Contrevent, livre-univers ambitieux que l’auteur a mûri durant quatre ans avant de consacrer trois années à le rédiger. Cette épopée de 23 personnages à la recherche de l’origine du vent (et du sens de leur vie) fusionne science-fiction et fantasy. Alain Damasio préfère parler de « Real Fantastik », défini comme une adaptation humaine réaliste à des conditions extraordinaires.

Bibliographie

La Horde du Contrevent,
La Volte, 2004
(cliquer ici pour commander l’ouvrage [fnac.com])
La Zone du Dehors,
CyLibris, 2000
(cliquer ici pour commander l’ouvrage [cylibris.com])
Les Hauts Parleurs,
Une autre mondialisation en mouvement, Mango Documents, 2001
La Horde

« Il arrive de temps à autre, dans les littératures de l’imaginaire, que paraisse un roman hors norme, qui n’a d’autre référence que son univers propre et constitue un objet littéraire extraordinairement singulier. C’est le cas de ce roman saisissant qui vous agrippe dès la première page et ne vous lâche plus avant que de s’être conclu, et même longtemps après, à cause des échos, des images qu’il suscite en vous. (…) Il a gagné son pari : La Horde du contrevent est un chef-d’œuvre. »

Le Monde des Livres, 4 novembre 2004